Un week-end Normand au mois de Mai !

Week-end normand - Il était une maille

On se retrouve pour un nouvel article “Carnet de voyage” où je vais vous parler de mon plus récent week-end, un week-end normand où je suis partie en amoureux à la découverte du Mont-Saint-Michel et de Juno Beach. 

Découvrez mon week-end Normand !

Cela faisait très longtemps que je voulais retourner au Mont-Saint-Michel. Je l’ai découvert pour la première fois quand j’étais enfant et ça m’a fortement marqué. Depuis que je suis adulte, je voulais vraiment le visiter de nouveau. Or, mon amoureux n’y était jamais allé, et le mois de Mai 2017 avait plein de longs week-ends.

Nous sommes donc partis le week-end du 8 mai soit 3 jours du samedi 6 au lundi 8 mai. Pour ceux qui se poseraient la question, cela ne nous a pas empêché d’exercer notre droit de vote, nous avions fait procuration deux semaines plus tôt 😉

Sauf que le Mont Saint-Michel, c’est bien sympa et tout mais c’est petit et 2 jours sont amplement suffisants. Nous avons décidé pour le lundi de partir sur la route des plages du débarquement. Et quitte à en choisir une, nous nous sommes dirigés vers Juno Beach, lieu du débarquement canadien.

Partie 1 – Le Mont Saint-Michel

Que faire donc au Mont Saint-Michel ? 

Nous avons donc passé 2 jours au Mont Saint-Michel, deux jours à manger, marcher et nous instruire sur cette merveille architecturale qu’est le Mont.

1 – La visite guidée proposée par l’office de tourisme pour en savoir plus sur la ville !

Personnellement, j’adore faire des visites guidées. Je l’avais déjà mentionné dans mon article sur Copenhague, mais j’aime qu’on m’explique des choses sur l’endroit que je visite car les guides papiers sont souvent trop peu fournis et ce n’est pas en ayant le nez collé à mon téléphone pour trouver des infos que je vais le mieux profiter du paysage.

Nous avons participé à la visite organisée par l’office de tourisme. Coup de chance, le beau temps était de la partie du dimanche (alors que le samedi bof bof) et c’était très agréable. Pas besoin de réserver à l’avance, il suffit juste d’être à l’heure au rdv et de prévoir de quoi payer en liquide 😉

2 – La visite guidée de l’Abbaye pour découvrir encore plus son histoire !

Je n’imagine pas qu’on puisse aller au Mont Saint-Michel sans visiter l’Abbaye. Après tout, le site a été construit pour l’Abbaye et non l’inverse.

Conseil : ACHETEZ VOS PLACES EN AVANCE ! Elles vous coûteront 1€ plus cher mais vous économiserez beaucoup de temps perdu dans une file d’attente interminable.

Le billet vous permet de soit visiter librement l’abbaye, soit suivre l’une des visites guidées organisées à intervalles réguliers dans la journée. Comme je l’ai dit précédemment, j’ai qu’on m’explique des trucs donc nous avons suivi le guide qui nous a expliqué en détail les différentes pièces du bâtiment.

J’ai même participé à la superstition locale et fait un vœu en touchant le bout du rocher du Mont qui est à nu dans une des pièces, j’espère qu’il se réalisera.

3 – Errer dans les ruelles du village, et découvrir ses recoins cachés !

L’erreur quand on va au Mont Saint-Michel serait de ne visiter que la rue principale et l’abbaye.

Surtout ne faites pas ça ! Prenez le temps de faire le tour des remparts, d’apprécier la vue et de découvrir les petites curiosités du lieu. Comme par exemple la micro mairie du lieu, l’ancienne école, le cimetière planqué à côté de l’église du village (et oui, le Mont possède une abbaye ET une église) où se trouve la tombe de la fameuse Mère Poulard.

J’adore personnellement regarder l’architecture des bâtiments, voir leurs particularités etc… J’ai donc adoré errer dans les petites rues biscornues du village en imaginant la vie que les gens devaient avoir ici à l’époque où le village était fortement peuplé.

4 – Marcher sur la plage (si vous l’osez! ) 

Je suis une chochotte sur ce point. Depuis que j’ai entendu dire qu’il y avait des risques de sables mouvants, c’est niet pour moi. Mais nous avons vu au moins une dizaine de groupes se balader dans la baie donc ce n’est probablement pas si dangereux que ça. A vous de voir si vous prenez le risque 😉

5 – Manger des plats locaux 🙂 

Mon amoureux et moi avons un gros point commun : nous sommes gourmands ! Et pour nous, voyage = repas locaux. Nous mettons un point d’honneur à essayer de manger le plus local possible.

Au Mont Saint-Michel, ça a donc été : manger de l’agneau du Pré-salé (recommandé fortement par mes parents avant d’y aller, et largement approuvé après avoir mangé), nous goinfrer de caramels au beurre salé acheté aux Galeries Saint-Michel (un deuxième paquet n’aurait pas été de refus), trinquer au pommeau de normandie (slurp !) ou encore tester le célèbre restaurant “La Mère Poulard” !

Sur ce dernier point, notre avis est mitigé ! Certes l’omelette était bonne mais elle ne vaut pas son prix à la carte. Conseil donc si vous désirez y aller : prendre le menu !! Il coûte 2 € de plus avec entrée et dessert qui font largement oublier le prix aberrant de l’omelette à la carte. Mais endroit à tester pour l’histoire du lieu et le folklore local 🙂

Partie 2 – Juno Beach

Comme je l’ai dit plus haut, en deux jours, nous avions largement fait le tour du Mont Saint-Michel. Nous nous sommes donc dirigés un peu plus au nord vers Caen. Et plus précisement à Courseulles-sur-Mer, petite commune en bord de mer qui a été le théâtre du Day D.

Courseulles-sur-Mer, c’est la plage de Juno Beach. En vérité la plage qui à connu le débarquement des troupes Canadienne est longue de plus de 8 kilomètres et s’étend sur plusieurs communes. Mais c’est à Courseulles-sur-Mer que se trouve le Juno Beach Center, où l’on peut en apprendre plus sur le débarquement : les conditions, le déroulement, ce à quoi les alliés avaient à faire face, écouter des témoignages de survivants, etc…

Je suis ch’ti de coeur et de famille, les Hauts-de-France ont été très touchés par les diverses guerres. A Vimy, vous trouverez le monument Canadien, qui commémore la participation du Canada lors de la première guerre mondiale. J’ai grandi près de ce monument, je l’ai visité de nombreuses fois, mes parents m’y ont emmené, mon grand-père aussi. J’a aussi vécu au Canada, j’ai vu les mémoriaux, les noms de villes du nord et des flandres, des noms que je connais depuis que j’étais gamine. J’ai toujours eu donc des sentiments très forts face à la participation du Canada dans nos guerres. Il était donc évident pour moi que si je devais choisir UNE plage à voir concernant le Day D, ce serait Juno Beach.

Le mémorial est hyper intéressant, les récits sont poignants. Et en ce lundi 8 mai, c’était particulièrement approprié que d’aller sur un lieu de commémoration de la seconde guerre mondiale.

Je vous conseillerais également de compléter votre visite du centre par la visite guidée du bunker. Cette visite est effectuée par des étudiants ou jeunes diplômés canadiens, vous aurez donc une expérience encore plus authentique.

J’ai personnellement adoré cette visite, je suis très heureuse d’avoir enfin pu y aller. J’en ressors grandie et avec l’impression d’avoir bien fait mon devoir de mémoire en ce jour.


C’est tout pour ce récit “Carnet de voyage”, j’espère qu’il vous a donné envie d’aller ou de retourner sur ces sites. Ce sont honnêtement des immanquables à mes yeux et des passages obligés sur les côtes normandes 🙂

Pour retrouver tous mes articles de cette rubrique : “Carnet de voyage” ou pour lire le précédent article “Carnet de voyage – Un long week-end à Copenhague” 🙂

A bientôt ! ❤

⭐ Marion ⭐

Jeune femme de 26 ans passionnée par le monde du digital, je vous partage ici mes envies, coups de cœur et autres délires sur le DIY, le running, les voyages et tout ce qui me passera par la tête !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :